Aïe ! Ça pique, ça brûle et vos pauses pipi s’apparentent à une séance de torture ? Très douloureuses, les infections urinaires vont toucher au moins une fois dans leur vie 50 % des femmes. C’est une pathologie particulièrement répandue qui mérite qu’on s’y intéresse. Alors, que faire quand aller aux toilettes devient miction impossible ?

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Également appelée cystite, il s’agit d’une infection qui va toucher une ou plusieurs parties du système urinaire : la vessie, les reins, l’urètre ou les uretères. L’infection urinaire se manifeste par des brûlures ressenties lorsque la personne touchée urine. Les envies d’aller aux toilettes seront plus fréquentes et des douleurs dans le ventre et le bas du dos sont souvent ressenties.

Un mal qui touche aussi bien les hommes que les femmes

Si les femmes sont plus touchées que les hommes pour des raisons anatomiques – à cause de la proximité entre l’anus et le système urinaire qui peut entraîner des transferts de bactéries –, les hommes aussi peuvent être sujets aux infections urinaires. Chez les hommes, l’infection urinaire sera plus rare, mais pourra s’avérer plus grave et atteindre la prostate.

Quels sont les symptômes d’une infection urinaire ?

Pour détecter l’apparition d’une infection urinaire, voici les symptômes qui doivent vous alerter :

  • Envies fréquentes et pressantes d’uriner, souvent pour de petites quantités seulement ;
  • Brûlures au moment d’uriner ;
  • Présence de sang dans les urines parfois ;
  • Urine à l’odeur forte ;
  • Urine trouble ;
  • Pesanteur dans le bas ventre.

Une infection qui peut avoir des conséquences

Même si elle est extrêmement douloureuse, une infection urinaire peut se soigner assez rapidement et facilement, à l’aide d’antibiotiques notamment. C’est un mal qu’il faut vite traiter, au risque de voir apparaître des complications qui peuvent être très graves :

  • Pyélonéphrite : Dans ce cas, le patient va développer de la fièvre. Le rein est alors plus sévèrement touché. Une courte hospitalisation peut être nécessaire pour un traitement antibiotique plus intense.
  • Septicémie : Une infection urinaire avec fièvre peut également s’aggraver et déboucher sur une septicémie, lorsque les bactéries passent dans le sang. La personne risque alors un choc septique, c’est-à-dire une défaillance des organes vitaux.
  • Abcès : Si l’infection urinaire est très sévère, un abcès peut apparaître sur le rein et entraîner sa destruction.
  • Prostatite : Chez les hommes, une prostatite peut se développer. La vessie peut de ce fait être complètement bloquée et l’infection s’étendre aux testicules.

Vous êtes enceinte ?

En cas de grossesse, une infection urinaire peut avoir des conséquences beaucoup plus dramatiques, comme provoquer un accouchement prématuré, il faut donc consulter immédiatement au moindre doute et ne prendre aucun risque.

Comment prévenir une infection urinaire ?

Certaines personnes sont plus sujettes que d’autres aux infections urinaires, il y a toutefois quelques bons gestes à adopter pour limiter les risques, surtout pour vous mesdames :

  • Boire au moins 1,5 L d’eau par jour: pour permettre au système urinaire de fonctionner normalement et d’évacuer les bactéries potentiellement présentes dans celui-ci.
  • Ne pas se retenir quand on veut aller uriner: afin de ne pas laisser le temps aux bactéries de se multiplier dans la vessie.
  • S’essuyer de l’avant vers l’arrière: pour ne pas transporter des bactéries vers le système urinaire.
  • Effectuer une légère toilette après les selles: cela élimine les bactéries présentes.
  • Nettoyer la zone vulvaire au savon doux pour ne pas fragiliser la zone.
  • Uriner tout de suite après les rapports sexuels: les microbes peuvent remonter dans l’urètre lors de la pénétration. Aller aux toilettes a un effet chasse d’eau et élimine ces indésirables.
  • Ne pas porter des vêtements trop serrés et éviter les sous-vêtements en matières synthétiques pour éviter la transpiration qui favorise l’apparition des germes.
  • Utiliser des préservatifs lubrifiés pendant les rapports: ainsi, la zone ne sera pas irritée et fragilisée.
  • Boire du jus de canneberge tous les jours si l’on est sujet aux infections urinaires. Ce fruit est riche en acide quinique et proanthocyanidine, des agents antibactériens.

Des outils pour éviter l’infection urinaire

Vous avez du mal à boire beaucoup d’eau la journée ? Des applications existent pour vous renseigner sur la quantité exacte qu’il vous faut d’eau par jour selon votre carrure et votre activité. Vous pouvez opter pour Watterlogged. Vous pouvez également compenser en consommant des aliments riches en eau. L’application Yazio par exemple vous indiquera la quantité d’eau présente dans chaque aliment que vous ingérez.

Ne pas perdre de temps en cas de suspicion

Si vous ressentez des signes annonciateurs d’une infection urinaire, consultez au plus vite. Elle ne guérira pas seule et vous aurez besoin d’un professionnel de santé pour vous accompagner. N’oubliez pas de respecter le parcours de soins coordonnés en faisant appel à votre médecin traitant qui pourra au besoin vous orienter vers des spécialistes.

Voilà, vous connaissez tous les bons gestes et les astuces pour qu’uriner ne soit plus une source d’angoisse. Et surtout rappelez-vous, au moindre doute, on consulte !

 

Sources :

http://www.infection-urinaire.fr/qu-est-ce-qu-une-infection-urinaire/#:~:text=Les%20infections%20urinaires%20en%20quelques,urinaire%20auront%20un%20nouvel%20%C3%A9pisode.

https://www.planetesante.ch/Maladies/Infection-urinaire

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=infection_urinaire_pm

https://www.allodocteurs.fr/maladies/prostate-reins-vessie/infection-urinaire-cystites/infection-urinaire-quand-faut-il-s-039-inquieter_12576.html